Panorama de la Coree

 

 

Après les deux mois passés à sillonner le Japon en vélo, je traverse enfin de Fukuoka direction Busan à bord du ferry Dream pour continuer mon aventure en vélo direction Seoul.

 

La Corée n’est pas le meilleur ami du vélo. A mon opinion, c’est le pays avec les conducteurs les plus dangereux jamais vus dans mes voyages ; Ils conduisent mal mais vite ! Circuler à vélo en ville est un risque permanent. Les autorités locales ont trouvé un début de solution à cela en créant autant de pistes cyclables que possible. Il en existe d’ailleurs deux pour relier Busan à Seoul.

 

Mais cela fut rien comparé au début de la saison des pluies. Je connaissais la date du début mais pas sa force. J’ai vu le soleil pendant 2 heures à Seoul durant mes 5 jours de visite. Donc éviter de faire du vélo dans toute la région à partir du mois de juin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traverser la Corée n’est des plus longs, mon trajet totalisa quelques 600km, mais c’est un des plus éprouvants lorsqu’il s’agit de traverser les montagnes qui constituent 70% de la surface du pays.

 

 

De Busan direction tout d’abord l’ile de Jeju pour environ une semaine. Ensuite retour a Busan pour relier Seoul via le centre du pays. Le tout en 4 semaines.

 

 

Comme au Japon, j’ai utilisé l'application hors ligne pour iPhone MapsWithMe (une série de cartes détaillées qui peut être téléchargées gratuitement). Sauf qu’en Corée, ces cartes ne sont pas aussi détaillées qu’au Japon. Même si vous utilisez Google Map, vous allez vous rendre compte du très pauvre contenu ainsi que l’absence de l’outil de calcul de distance. Il y a une version de carte sur le net bien plus détaillée, mais c’est en coréen !

 

Lors de ce voyage je me suis essentiellement servi du site internet d’un résident hollandais qui décrit le trajet avec des cartes et pas mal de conseils Bicycling in Korea. Je vous conseil fortement de faire un tour sur son site avant de vous lancer sur la route.

 

 

Busan est une ville extraordinaire ! Autant par sa culture, sa cuisine, ses paysages ainsi que ses gens. J’ai eu la chance d’y passer 5 jours. Tout est facile d’accès par métro et bus. Ne pas rater la visite du village culturelle et ses paysages de maisons colorées et d’art urbain, sans oublier les monuments historiques aux alentours. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ile de Jeju fait partie des 7 merveilles du monde naturel. La visite est donc incontournable !  

 

Je choisis le ferry au lieu de l’avion pour rencontrer du monde. Mais si vous avez le mal de mer et pas le temps de passer presque 12h dans le ferry, je vous conseil donc l’avion. Busan air Lines propose des vols moins chers que le ferry avec un bagage de15kg. Ces offres sont malheureusement en Coréen. En anglais, les prix sont plus chers, donc demandez à un local. Transporter un vélo est permis, mais il faudra payer l’excédent des 15kg, alors que le ferry est gratuit pour les vélos et vous fait économiser une nuit d’hôtel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant ne pas oublié ses boules quiès et son masque des yeux pour dormir. La lumière peut rester allumée toute la nuit et le grondement des machines est assez fort.

 

La moins coûteuse option est d’opter pour le tatami avec des couvertures et des oreillers dont je soupçonne l’état. Prévoyez quelque chose pour vous couvrir et couvrir l’oreiller rectangulaire. L’ambiance est cependant magique, vous allez rencontrer pas mal de locaux qui vont essayer d’engager la discussion avec vous, partager un repas et vous donner des conseils.

 

Sur place, il est relativement facile de circuler en vélo, les sites sont bien indiqués et très bien équipés. La visite phare fut l’ascension du mont Halla, lors d’une journée bien dégagée. On y accède via deux chemins de randonnés. J’ai accompli l’ascension en empruntant les deux chemins pour profiter des différents paysages aux alentours.

 

 

J’ai décidé pour ce voyage de tourner une petite vidéo ayant pour thème la critique de soi-même. J’ai donc demandé à des Coréens et des expatriés de me parler de la Corée. La question fut simple ; La chose que tu aimes le plus dans le pays et celle que tu veux changer ? Le montage de la vidéo va prendre du temps, mais je promets de la terminer aussitôt que possible.

 

Avec Lisa, professeur d’anglais à l’université d’Andong, je suis invité à échanger avec ses étudiants autour du thème du voyage et aussi une occasion pour moi de mieux connaître ce pays. On a parlé de plusieurs sujets touchant de près ou de loin la Corée comme le service militaire, la chirurgie esthétique, l’histoire tourmentée avec le Japon, le taux de suicide et autant d’autres sujets qui m’ont permis d’avoir une vision plus précise du pays. Je me rends compte que les Coréens ont un avis, et parfois bien tranché à propos de leur pays au contraire de leurs voisins.

 

Andong ville spirituelle du pays et culinaire, ne pas rater sa cuisine locale, un pur délice !

 

 

Un an auparavant, dans les iles Cook au milieu de l’océan pacifique, j’ai rencontré Ben avec qui j’ai passé un bon moment en compagnie d’autres résidents de l’auberge. Cette fois on se revoit à Daegu où il enseigne l’anglais depuis quelques mois. Une bonne soirée, mais assez courte. Rendez-vous la prochaine fois, peut être au Brésil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai l’impression lors de mon voyage d’avoir vu plus d’églises en Corée qu’en Belgique. Peut être car elles sont bien mises en valeur. En effet, chaque église porte une énorme croix sur son toit qui est illuminée la nuit d’un rouge vif qu’on repère à des kilomètres.

 

Mais la Corée du Sud reste un pays extrêmement tolérant en matière de religion. La grande partie de la population se dit athée. Cependant, le bouddhisme est bien entendu la première religion. Le christianisme donc est la seconde religion sud-coréenne : 10,5 millions de Sud-Coréens sont chrétiens ! 

 

Enfin arrivée à Seoul. Difficile de visiter la ville en 5 jours vu sa taille et la difficulté de circuler en vélo. Chaque quartier à sa propre spécificité, son atmosphère et une certaine catégorie de gens qui y habite.

 

Je découvre une Corée assez différente du reste du pays, énormément focalisée sur le paraître et la possession. La chirurgie esthétique est banalisée, les parents l’offrent comme cadeau à leurs enfants.

Ma première mission à Seoul est de tourner une vidéo avec Junno (un ami de Seoul que j’ai rencontré il y 6 mois au Myanmar) avec pour thème la première rencontre entre un voyageur et une ville. Tout d’abord en vélo à travers la ville ensuite à pied dans les marchés pour enfin à Itaewon la nuit tombée.

 

Enormément de production et de post-production, mais enfin la vidéo est prête, en attendant la prochaine.

 

 

La Corée porte l’influence des deux grands voisins Chinois et Japonais, mais le pays possède avant tout son identité propre, qui ne le fait ressembler à aucun autre. Visiter la Corée sans avoir eu l’occasion de lire, rien que peu, son histoire est une faute grave. Un aperçu de son histoire vous aidera à comprendre et ensuite apprécier ce pays magique et unique. 

 

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

28 Aout 2013

8 Aout 2013

 

Voici le compte rendu de mon dernier voyage à sillonner  Séoul, créé avec l'aide de Junno, un réalisateur local.

 

D'un endroit à un autre de la ville, nous avons commencé par la rivière tranquille, puis nous déplacer direction Gangnam, Yeongdeungpo, Mapo, Hapjeong, Myeong-dong, le marché Namdaemun, Hyundai, puis terminé journée à Itaewon.

 

La vidéo est aussi un récit de mon voyage à vélo autour de la Corée, de la quiétude et la sécurité dans la campagne pour le bruit, le trafic fou et même dangereux de la ville. Si jamais vous décidez de faire du vélo à Séoul ou Busan, tenez-vous aux pistes cyclables pour un voyage agréable.

 

N'hésitez pas à commenter et partager. Aussi disponible en HD et en son surround sur votre système sonore cinéma!

19 Juin 2013

Panorama du Japon

 

Plutôt que d’utiliser l’avion, la voiture, ou simplement le réseau de train ultra-rapide, j'ai opté pour mon nouveau vélo acheté en Thaïlande. Malgré quelques mésaventures - pas plus que des pluies inattendues ou des rayons de vélo cassés- Je n'ai pas à être déçu même si le Japon n'est pas réellement un paradis pour les cyclistes. Les villes sont bondées, les routes sont étroites, et les vélos ne peuvent être transportés dans les trains sans un sac. Malgré tout cela, l’état des routes est impeccable, et les conducteurs sont très patients.

 

Au cours de ce voyage, j'ai utilisé ma tente à plusieurs reprises, certaines auberges de jeunesse et hôtels capsules (mes préférés!). Mais ce voyage n'aurait pas été aussi intéressant et amusant sans tous les hôtes Couchsurfing. Je tiens à vous remercier encore pour votre accueil et votre gentillesse. J'espère vous revoir!

La carte montre la route suivie lors de ce voyage. De l'aéroport de Haneda, j'ai roulé en premier lieu vers Tokyo pour 4 nuits.

 

J'ai commencé officiellement le tour en vélo de Tokyo le 22 Avril 2013 pour environ 6 semaines, j'ai roulé plus de 1700 km.

Mon parcours a fait une ligne droite sur l’ile de Honshu tout au long de la mer, puis au sud vers l'île de Kyushu. J'ai ensuite pris un ferry à destination de Busan en Corée (le 18 Juin) pour ensuite continuer vers l'île de Jeju, avant de retrouver mon chemin à travers les montagnes direction Séoul où mon voyage à vélo se termina.

 

J'ai utilisé l'application hors ligne pour iPhone MapsWithMe, une série de cartes détaillés qui peut être téléchargée gratuitement, c'est un bon outil pour naviguer à travers le Japon. Les routes principales portent des numéros et sont en anglais. Les symboles indiquant les gares, les hôtels et les supermarchés sont situés sur les cartes.

 

Les trottoirs cyclables sont nombreux dans les villes et courent sur des kilomètres jusque dans les zones rurales. Ces trottoirs offrent une alternative sûre pour les cyclistes. L'état et la largeur de ces trottoirs varient considérablement, celui à coté est l'un des meilleurs. Mais je conseille aux cyclistes de les éviter parce que j’ai cassé 3 rayons de vélo à cause des bosses.

 

Dans certaines villes aux intersections très fréquentées, un pont piétonnier est construit sur la route. Une rampe de vélos est idéalement intégrée pour vous permettre de pousser votre vélo le long de la rampe.

 

Un mot sur les camions - je n'ai jamais connu un pays avec autant de circulation des camions. À peu près tout est acheminé par ce mode de transport au Japon. Il me semble parfois, que la moitié du trafic était des camions. La bonne nouvelle est que les chauffeurs sont les plus professionnel et courtois que j'ai jamais rencontrés.

Quand un camion arrive derrière vous, il ralenti et vous double lorsqu’il est sur que la route est bien dégagée. Heureusement ! 

 

 

Ma visite comprenait un ferry, de Matsuyama à Hiroshima. Les ferries sont amusants, confortables et offrent une nourriture assez décente. Les équipages sont très courtois et serviables. Ils vous indiquent l'endroit où garer les vélos et les attache pour vous. J'ai été agréablement surpris par ce genre de service. En classe économique, vous dormez sur des tatamis, ils sont vraiment très confortables. Assurez-vous d'apporter des boules quies et un masque si vous ne supportez pas la lumière.

 

Les magasins comme les 7/11, Circle K, Sieco Mart, etc, sont relativement bon marché pour manger ou boire un café. Vous pouvez trouver des sushis, sandwichs, pâtisseries, et toutes sortes d'excellentes collations et des boissons à bas prix. J'y ai mangé à plusieurs reprises ainsi que dans les supermarchés. Cependant, je me suis arrêté principalement au 7/11 à cause de la connexion Wi-Fi gratuite (voir ci-dessous).

 

La route entre Fuji et à Nagoya n'était pas des plus passionnantes! Outre le fait d’être le long de la côte, la route elle-même était assez ennuyeuse et venteuse (des centaines d’éolienne!).

Kyoto fut ma ville préférée. J'ai passé 5 jours à visiter les sanctuaires shintoïstes, des temples bouddhistes et des musées. J'ai pris des centaines de photos, mais malheureusement tout a disparu à cause d'un disque dur cassé. N'oubliez pas de sauvegarder!

 

 

 

Un des grands moments de mon voyage au Japon fut d’assister au concert de Sigur Ros à Kobe avec Clara (de Singapour) pour son anniversaire. Le spectacle était magnifique!

J’ai vécu une incroyable expérience de bénévolat pendant 2 semaines dans la campagne de Ako (Fukukawa) avec une adorable famille (moitié japonaise, moitié américaine). Le «travail» consistait à la restauration d'une vieille maison traditionnelle japonaise de 150 ans, en dessinant les plans architecturaux de la propriété existante (avec un logiciel de dessin sur mon ordinateur portable), après quoi proposer quelques améliorations qui conservent le caractère de cette ancienne maison traditionnelle.

Après mon diplôme d'architecte en 2005, j'ai suivi à l’université de Louvain 1 an d'études supérieures en art actuel. Deux de mes camarades de classe étaient Japonais. Donc les rencontrer après tout ce temps était incroyable! On a visité un temple bouddhiste près de Himeji et profiter de la bonne nourriture locale.

 

Au large des côtes de Fukuyama, j’ai visité une petite île appelée Naoshima. C'est une très belle île connue pour ses musées d'art contemporain. Les musées eux-mêmes valent le détour. Ils ont été conçus par le célèbre architecte japonais Tadao Ando.

 

Le Shimanami Kaido était le point culminant de pistes cyclables sur le chemin de Onomichi à Hiroshima. Le Shimanami Kaido commence sur Honshu à Onomichi City. Il mène ensuite à travers les six îles de Mukaishima, Innoshima, Ikuchijima, Omishima, Hakatajima et Oshima, avant de se terminer sur Shikoku Imabari City. Le paysage est magnifique, la piste cyclable est bien balisée et entretenue, et s'écarte de la voie rapide sur les îles. Les rampes menant aux ponts ont été construits avec de petites pentes. La distance totale est d'environ 70 kilomètres. J'ai passé une nuit dans un camping propre avec de nombreux équipements.

 

Je vous conseil de jeter un coup d’œil sur les trottoirs en direction des plaques d'égout décoratifs au Japon lorsque vous roulez. Chaque ville a ses propres conceptions reflétant une référence historique, un point de repère, ou un produit bien connu de la région.

 

Les bureaux de poste sont des endroits très commodes pour obtenir de l'argent contrairement à la majorité des autres distributeurs automatiques de billets. Les guichets automatiques sont situés dans le hall d'entrée et sont accessibles, même le week-end lorsque le bureau principal est fermé.

 

Les bons magasins de vélo avec une offre étendue de pièces sont rares et espacées. Pas aussi commun que vous pourriez penser compte tenu de la prévalence de vélos. La plupart des magasins sont orientés vers le vélo de ville. Cependant, ces commerces ont généralement un stock minimum de pièces.

 

Les magasins de vélo haute gamme ne se trouvent que dans les grandes villes et même ceux-ci sont difficiles à trouver. Il est donc conseillé d’avoir certaines pièces de rechange avec vous.

 

Si vous voulez prendre votre vélo dans le train, vous devez le placer dans un sac à vélo. Trouver un endroit pour garer votre vélo dans le train pourrait également être un défi. Vous pouvez trouver ces sacs à n'importe quel magasin de vélos. Essayez d’embarquer dans le train à partir d'une très petite gare, sinon vous devrez porter votre vélo démonté dans son sac ainsi que vos sacs de voyage de la barrière de péage jusqu’au quai d’embarquement (dans le cas d’une grande gare). Ils ne vous laisseront pas démantelé votre vélo sur le quai –la commence à s’arrêter la courtoisie japonaise–!

L'un des équipements de base pour un voyageur en vélo ou un randonneur est un couteau suisse. Je vous suggère cependant de ne pas en transporter un avec vous au Japon, vous pourriez vous retrouver en prison. Cette règle aurait été mise en pratique depuis le 19ème siècle pour interdire les Samurais de transporter leurs épées!

 

Enfin, parlons de la technologie ainsi que du Wi-Fi. Si vous pensez qu’au Japon, vous recevrez un service par des robots et que vous serez capable de faire tout, simplement par le biais de votre téléphone cellulaire, vous vous trompez absolument ! Au Japon, vous ne serez pas en mesure d'acheter une carte SIM. Donc, vous devrez, si vous voulez rester en contact, louer un téléphone cellulaire a votre arrivé a l’aéroport. Une connexion Wi-Fi gratuite est complètement indisponible dans ce pays, sauf dans un 7/11 ou dans les Starbucks! Même si vous payez plus de 40 US $ par nuit dans un hôtel, vous ne serez pas en mesure d'accéder au Wi-Fi. On vous donnera un câble LAN à brancher sur votre ordinateur portable si vous avez un concentrateur réseau, tout comme dans les années 90. Je vous conseil d’acheter un adaptateur (LAN USB) à partir d'un magasin d'électronique comme Best Denki ou Yamada Denki.

16 Avril 2013

 

 

Après 2 semaines passées au Vietnam, je suis retourné à Bangkok juste pour 3 jours pour célébrer Songkran avec Clement, mon pote français. Ensuite, c'est le vol à Tokyo!

 

L'intention est de visiter le Japon pour environ 8 semaines avant d'arriver à Fukuoka dans le sud pour prendre le ferry pour la Corée.

 

J'ai l'intention de visiter le pays à vélo! Le voyage sera d'environ 2000 km, et ça va être une expérience intéressante et stimulante! L'hébergement se fera principalement soit avec des hôtes Couchsurfing ou de camping (j’ai une tente et un sac de couchage).